AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nethack : Un jeu pas comme les autres

Aller en bas 
AuteurMessage
Perdreau
Quart de tour
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 15/11/2013

MessageSujet: Nethack : Un jeu pas comme les autres   Sam 16 Nov - 12:00


Disponible officiellement sur PC (Win & Linux), MAC, Amiga, AtariST, Iphone & compagnie, Android.
1985 par Mike Stephenson (Open Source)

1. NetHack : Première approche.

Nethack est un jeu que je découvre à l’heure où j’écris ces lignes. Je connaissais le jeu grâce à l’excellent papier de Grospixels, mais étant un joueur assez étranger au monde du PC le côté complexe du soft me faisait peur. Inexorablement attiré par ses graphismes de l’extrême, j’ai finalement franchi le pas !
Tout d’abord le site officiel fait forte impression : Epuré à mort comme le jeu. Quand on arrive là, on se dit qu’on va vite trouver les embrouilles. Bonne surprise le site est bien structuré et on télécharge facilement la dernière version du jeu (Nethack est gratuit). Rien à installé, tout se lance directement mais deux versions sont disponibles dans le dossier : NetHack formule strictement "ascii" ou le mode graphique "Nethack pour Windows" (qui propose aussi du ascii si vous le désirez). Je vous rassure tout de suite l’une ou l’autre va vous donner du fil à retordre. Et globalement, mis à part quelques retouches d’interface, le jeu se joue strictement de la même manière.


Vous ne comprenez rien ? C'est normal.

2. L’immersion a un prix.

Nethack fait travailler l’imagination et la mémoire. De l’imagination il va en falloir car on parle d’un jeu qui n’a "pas de graphisme". C’est même pas qu’il est moche ou autre. Non lui il est carrément dans la catégorie en dessous, celle de ceux qui n’ont rien. L’avantage, c’est que vous serez en terrain connu, matez un peu la gueule du héro : @
Non c’est pas une plaisanterie, en version ascii vous dirigez bien un @ à l’écran ! Les ennemis apparaissent eux sous la forme de lettres : Un orc féroce devient ainsi un "O". Donc pour le côté immersif va falloir jouer dans le noir, avec une petite musique type heroic fantasy en fond… Car j’oubliais : Il n’y a pas de son dans NetHack. Mais rassurez vous, si vous préférez les ambiances HD travaillées, le mode "tiles" avec ses vrais graphismes a pensé à vous :


Magnifique non ?

J’évoquais également un travail de mémoire. Si Nethack est austère sur son aspect, il en est de même sur ses commandes : tout le clavier est sollicité. Ouvrir une porte, lui donner un coup de pied, boire une potion, manger, enlever son armure, utiliser telle ou telle arme… Toute action a sa touche. Heureusement, un menu d’aide est disponible à chaque instant (touche "?") pour vous rappeler les commandes. Néanmoins c’est un fait : il va falloir du temps pour digérer le repas.

3. Un jeu unique.

Bref voici donc un jeu moche comme un poux et qui demande des heures de pratique pour qu’on puisse enfin avoir les commandes en mains… Mais au fait, ne serait-ce tout simplement pas une daube ? Et bien non, car comme l’écrivait le philosophe Goldman : "Les derniers sont les premiers". Depuis 25 ans maintenant, NetHack est joué par des fans venus des quatre coins du monde, et surtout il est en perpétuelle mise à jour. Et oui monsieur ce jeu est un monstre qui va dévorer votre vie sociale !

a) Commençons pour la source première de l’addiction : le principe en lui-même ! Nethack est un Rogue-like, et ces jeux ont tout simplement inspirés des titres comme Gauntlet ou Diablo. Le principe est une descente des étages d’un immense donjon, mais Nethack pousse le concept très loin en offrant des tonnes de possibilités. Tout d’abord le jeu utilise pas mal de règles issues de Donjons & Dragons : On retrouve des classes, la répartition des statistiques, les niveaux de progressions. Le point essentiel dans le gameplay de NH est le système de rounds (comme dans D&D) : Tant que vous ne bougez pas (on avance point par point) le jeu est en pause. De telle sorte qu’il vous est possible de réfléchir à une stratégie ou de fouiller dans votre inventaire tranquillement, même si vous êtes cernés de monstres.


Bordel un F en face de moi et je sais plus ce que c'est !

b) L’autre point essentiel du gameplay, c’est que la DevTeam a poussé jusqu’au bout le principe du "que peut-il arriver et que puis-je faire ?". C’est ainsi que si une porte est fermée, vous allez pouvoir la défoncer à coups de pieds… Mais ne vous amusez pas à défoncer n’importe quoi car vous risquez aussi de vous faire mal à la jambe. Vous avez faim mais rien à manger ? Vous voilà obligé de bouffer le cadavre d’un monstre qui traîne sur le sol. Attention fort risque de maladie ! Vous priez votre Dieu pour qu’il vous aide ? Ca peut arriver, mais le gonflez pas trop quand même car il peut vous supprimer…etc. NH, c’est une succession de choses comme ça. Encore un exemple pour la route : Le passage est bloqué par un gros rocher ? Essayez d’enlever votre équipement, vous allez peut être pouvoir vous faufiler.

c) S’ajoute qu’en plus de cet aspect "aventure", vous allez être tenu en haleine pour obtenir "le meilleur score". Comme dans le mode hardcore de Diablo 2, votre personnage n’a qu’une seule vie. Le challenge consiste à progresser dans le donjon le plus loin possible en une seule fois. Et tout a été prévu pour ça car les sauvegardes sont soumises à une loi simple : on peut sauvegarder la partie pour reprendre le jeu, mais à chaque reprise la sauvegarde est détruite.
Finir le jeu n’est donc pas envisageable avant un long apprentissage. Les morts sont extrêmement nombreuses et très variées. À la fin (généralement à la mort du héro) vous allez figurer sur un tableau « des scores ». Et sur les forums du jeu, il est coutume de raconter comment votre personnage est mort ! Une nouvelle partie sera synonyme de nouveau personnage et de nouveau donjon, car les niveaux sont tous générés aléatoirement.


Avouez que la tombe ça en jette non ?

Conclusion.

Nethack est donc un ovni ludique qui se ballade de machines en machines depuis plus de 25 ans maintenant. C’est fou d’imaginer le nombre de joueurs qui sont passés par là et qui continueront encore à fouler le sol de cette immense donjon ! Ce jeu n’aura sans doute jamais d’arrêt. Il est d’ailleurs disponible sur un nombre incroyable de supports, même les plus récents (Iphone). Voilà l’exemple même du jeu fait par des passionnés pour des passionnés. Mes amis nous sommes bien loin de la logique du bénéfice à tout prix, et le résultat saute au yeux ! Sachant que c’est un freeware n’hésitez surtout pas à l’essayer si l‘aventure vous fait envie. Mais attention son prix se paie en investissement personnel...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bolderiz.1fr1.net
 
Nethack : Un jeu pas comme les autres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée entre filles pas comme les autres... | Lyann
» [Vidéo] Un contrat pas comme les autres
» 1000 livres à écouter gratuitement sur le nab
» [CR Région Est] CR d'un tournois pas comme les autres
» Le brageut, un baton pas comme les autres ! ! !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bolderiz :: Jeux Vidéo :: Les dossiers de l'écran-
Sauter vers: